Jeff Soriarn - Enquêteur Galactique

Naissance du personnage

Le personnage de Jeff m’a été inspiré par des personnes de mon proche entourage, avec les qualités des uns et les défauts des autres. Pour cette première enquête, j’ai souhaité rendre hommage au chanteur britannique David Bowie qui s’est éteint le 10 Janvier 2016. J’ai donc imaginé des nomades possédant l’art du son et de la vision. Ceci est une brève allusion à sa chanson intitulée « Sound and Vision » et au fait que M. Bowie a participé au jeu vidéo « Nomad Soul ». L’homme aux mille visages, personnage intemporel que j’ai eu le plaisir de croiser à trois reprises.

Les noms des sept principales mégapoles de la planète Nephilis sont également des allusions à certains titres de ses chansons. Le nom de la septième mégapole n’a pas été cité dans un but intentionnel. Cette cité apparaitra dans le tome 2. Le reste n’est que pure imagination.

Les Chants d’Anoro

Jeff Soriarn - Les Chants d'Anoro - Recto

Extrait du Prologue

Jeff se retourna pour la dix-septième fois !

Il était arrivé sur l’Astroport de Lyra à bord de sa frégate spatiale noire comme l’ébène, il y avait à peine quelques minutes. Dès l’instant où ses pieds avaient touché le sol, une étrange sensation s’était emparée de lui. Il avait l’impression que des tentacules lui vrillaient le cerveau afin d’en extirper la moindre information et il se sentait suivi.

L’Astroport de Lyra comprend plusieurs aires d’atterrissage, un immense hangar pour la réparation des navires stellaires et des vaisseaux spatiaux, un tarmac sur lequel il n’y avait qu’une dizaine de navettes. Une tour de contrôle illuminée de jour comme de nuit qui donnait la joyeuse impression de saluer l’arrivée des voyageurs.

Jeff Soriarn - Les Chants d'Anoro - Verso

Extrait des chapitres

1 - Indices
Jeff demanda au Chitineur de bien vouloir laisser la gangue en place, le temps qu’il se déshabille à l’extérieur des lieux. Le Chitineur était nu à l’exception de ses parties intimes. Elles étaient recouvertes d’un pagne en soie bleue, ses palpeurs étaient au repos lui faisant des bosses sur le torse et l’abdomen. Ses longs doigts terminés par de minuscules ventouses étaient posés sur ses maigres cuisses, il interpella Jeff :

 

— Je vous conseille de vous enduire le corps avec ce désinfectant, Enquêteur, car vous venez de traverser les bas-fonds. Il ne serait pas souhaitable de contaminer les indices et ce malgré votre combinaison d’investigation.

2 - Maître Olius
Jeff étendit ses jambes en-dessous de la table et se pencha légèrement en arrière. Manger lui avait permis de se sentir un peu mieux. Kao et Ana étaient partis vers sa frégate spatiale à bord d’un transporteur. Ana allait mettre ses tubes d’échantillonnage dans l’armoire réfrigérante et se reposer sur l’une des couchettes du vaisseau quant à Kao, il allait récupérer le rapport du scintilleur sur la console située à l’arrière de la frégate et le passer à l’analyseur qui se trouvait juste à côté de celle-ci. Ensuite, il irait se reposer. Avant d’arriver sur Lyra, il avait effectué une centaine d’heures de vol à travers le système d’Anoro et cela lui avait coupé les jambes. Il pensa qu’Ana devait être comme lui. Il se permit d’aller jeter un coup d’œil, elle dormait déjà. Il se dirigea vers la couchette qui lui était réservée, il ne prit même pas la peine de se déshabiller. Il s’effondra directement sur celle-ci.
3 - Les Interrogatoires
A son réveil, Jeff se dirigea vers la douche d’un pas rapide. Il se lava tranquillement et s’habilla prestement. Il arriva dans le petit salon de son vaisseau, Kao était déjà prêt à l’accompagner. Jeff se prépara un thé non sucré aux fleurs naissantes, il le but d’un trait. Ana arriva encore toute endormie.

 

— Ana, je compte sur vous pour commencer votre rapport d’après vos constatations et relevé d’indices sur le corps de Tanita. Kao et moi-même partons à la Taverne pour les interrogatoires. Et si vous avez le temps, allez voir où en est l’analyseur ? Ah, j’oubliais, Maître Olius m’a remis des bandes de surveillance, elles sont dans un sac sur la table située près de l’entrée de la coursive menant aux couchettes, emmenez-les avec vous au laboratoire. Je vous en remercie d’avance. Et ne vous en faites pas si vous n’avez pas le temps de vous occuper de l’analyseur !

— D’accord, Enquêteur, je verrais ce que je peux faire !

4 - Analyses des indices
Le voyage vers Blia se passa sans encombre, il avait fallu cinq lunes pour atteindre la planète et un saut interdimensionnel. Misra avait contacté Jeff pour l’informer qu’aucun vaisseau n’avait décollé après qu’il eut quitté Lyra mais qu’elle resterait à l’Astroport jusqu’à la nuitée et Lous prendrait la relève jusqu’à l’aube naissante et qu’ensuite ils se consacreraient à la recherche de l’Instructeur et de son Omus.

 

Jeff amorça la descente vers l’Astroport principal de Blia. Celui-ci porte le nom de Klars Lapos et est situé à quarante kilomètres de toutes bâtisses. Il est une plaque tournante des voies spatiales du système d’Anoro et bien plus. Un nombre considérable de vaisseau s’arrête là pour se ravitailler en carburant et nourriture. Il y a aussi les navires stellaires qui déposent leurs passagers et en embarquent d’autres ainsi que des cargos qui déchargent les marchandises et chargent leurs nouveaux frets avant de repartir sillonner la Galaxie de Namboo.

5 - L'Uryannais
Après avoir attendu ce qui lui sembla une éternité, Jeff aperçut Kao qui arrivait en compagnie d’Adrian Volcor. Le voyage en vitesse supraluminique l’avait déstabilisé, et l’Uryannais était de fort méchante humeur d’avoir été amené contre son gré sur Blia.

 

Jeff se leva et le salua.

— Bien, nous allons passer à table Adrian Volcor. C’est le labo qui régale, allez ne faites pas cette tête-là, tout va bien se passer. L’Instructeur et son Omus font partie de la Caste des Agents, vous n’avez rien à craindre. Détendez-vous et faites abondance.

L’Uryannais exprima sa mauvaise humeur entre ses dents et suivit les deux hommes au self-service. Le repas se passa sans qu’une parole ne soit proférée. Kao pensa : Une ambiance mortelle, cela commence mal ! J’espère que l’Omus va tirer quelque chose de cet affreux bonhomme. En tant que témoin, il devait bien se douter que nous ferions appel à son inconscient. Pffffuit !

6 – Agent Pitcher BLEND
Après s’être restauré, Jeff contacta la Taverne de Maître Olius et demanda si ces quatre Agents logeaient encore dans la suite. On lui répondit qu’ils étaient en train de dîner. Il demanda à la Communicatrice de bien vouloir faire appeler Pitcher Blend et que celui-ci se magne l’arrière-garde car il n’était pas d’humeur à souffrir quelconque excuse valable ou non. La Communicatrice fit passer le message à l’un des serveurs et demanda à Jeff de patienter le temps qu’elle installe l’Agent dans une cabine distrans de libre.

 

Au bout de quelques minutes, la voix de Pitcher se fit entendre :

— Oui, Enquêteur. Agent Pitcher Blend au rapport !

— Salutations, qu’est-ce que vous foutez ? Vous m’avez laissé sans nouvelle depuis sept lunes, alors que vous êtes sensé me faire un rapport toutes les 2 lunes. Si je vous ai nommé responsable de l’équipe, ce n’est pas pour faire joli ! Où en êtes-vous des investigations ?

— Veuillez m’excuser, Enquêteur. Nous n’avons rien trouvé et je comptais vous appeler.

7 – Funérailles de la Canta
L’Astroport était bondé, il est vrai que les champs de ruchers n’allaient pas tarder à être mis en jachères, les Abeillistes étaient en train d’écouler les derniers cartons de miel et d’alcools divers. Les navires stellaires de fret ainsi que les cargos étaient au rendez-vous pour emmener les marchandises à travers les systèmes de la Galaxie de Namboo et les déposer sur les planètes qui en avaient fait la demande. Les derniers touristes attendaient leurs transports pour rentrer chez eux car l’hivernale allait bientôt arriver sur Blia. Jeff se fraya un chemin jusqu’au restaurant du tarmac n° 9. Il déposa les affaires de Kao et les siennes dans un compartiment de consigne et alla prendre place à une table. Une serveuse arriva et il commanda un apéritif en attendant Kao. Il était en train de savourer les subtilités organoleptiques de celui-ci avant de le déguster quand il entendit le grésillement des haut-parleurs de l’Astroport et la voix de la speakerine annonça :

 

— Attention, attention, veuillez dégager l’aire d’atterrissage n° 32. Le navire stellaire Belrys en provenance d’Urya va se poser. (Elle répéta le message en plusieurs dialectes).

8 – Arrivée sur Damentib
Damentib et son éternelle printanière !

 

L’Astroport principal est situé au beau milieu de la forêt d’Isealda. Ici, pas de transporteur. Les seuls moyens pour se rendre d’un lieu à un autre sont les voiliers naviguant sur l’immense réseau de rivière et de lac, les chevaux ou les charrois.

Jeff alla directement à l’un des guichets de départ et commanda trois places en direction d’Orlys. L’hôtesse lui annonça que le navire stellaire était déjà arrivé et que l’embarquement se ferait dans une demi-heure sur l’aire n° 21. Elle l’informa qu’il était autorisé à se rendre directement sur place. Il la remercia pour l’information. Pendant ce temps, Kao était parti au distrans pour appeler le Clairvoyant Haziel comme convenu.

Soudain, une main lui agrippa l’épaule ! Il exécuta avec vivacité un demi-tour tout en se mettant en position de défense.

— Haziel Revlor, J’aurais pu te blesser !

— Salutations Kao Lovesta. J’ai ressenti l’approche du navire stellaire dans lequel vous étiez et je me suis mis en chemin. Me voilà !

9 - Tyrena
Le voyage vers Tyrena dura une éternité. Jeff était songeur, Kao somnolait et Haziel regardait un film sur un vieil écran portatif et avait mis des gros écouteurs sur ses oreilles.

 

Jarvis avait raison, il fallait absolument qu’il récupère sa frégate. Il avait tout sous la main à bord de celle-ci tant au niveau de l’armement, des analyses à effectuer et sans oublier un certain confort. Quelle idée j’ai eu de la laisser sur Blia ! Je comprends que Jarvis soit furieux, je fais tout de travers. Je ne comprends pas ce qu’il m’arrive. C’est la première fois que je cafouille autant sur une affaire, ce n’est pas possible ! Cette femme a dû me tourner la tête avec sa fouille mentale ou alors elle m’a jeté un sortilège quelconque. Il faut que j’en aie le cœur net, ça ne peut pas continuer comme cela. Je vais finir par me faire jeter à la porte du bureau et les enquêtes, c’est toute ma vie….

Jeff continua à ressasser jusqu’à temps que le navire spatial se pose sur l’aire n° 54 de l’Astroport de Lopus sur Tyrena et coupe ses moteurs.

10 – Discours du Président Galactique
Au bout de quelques minutes, la salle était bondée. Le Président Galactique Sorys Bomo encadré de sa garde personnelle fit son entrée, un silence de tombeau salua son arrivée. Les hommes et femmes des différents services se mirent tous debout et inclinèrent la tête en signe de respect. Le Président leva la main à hauteur d’épaule et chacun se rassit en silence.

 

Il prit place à la Tribune et ses gardes se répartirent de façon stratégique pour empêcher toute manœuvre visant à la sécurité de celui-ci.

Sa voix s’éleva comme un tonnerre et provoqua un frémissement dans l’assemblée.

11 – Balus MORCOR
Jarvis Truno entra dans la pièce comme une trombe d’air et claqua la porte d’un geste théâtrale en déclarant :

— Par Shoros, Sorys est devenu fou ! Déclarer l’état du non chant, cela va créer des émeutes, comme si nous n’avions pas assez de problème avec cette magicienne perverse en liberté. Il n’y aura jamais assez d’homme sur le terrain pour contenir les mécontents et surveiller les Canta. Je suis très soucieux à ce sujet. Jeff, que pensez-vous de cette déclaration ?

— La situation est grave, Jarvis. Je vous rappelle que l’époux de ma sœur est notre Président Galactique et je ne crois pas un seul instant qu’il soit devenu fou. Il a fait pour le mieux en pensant que déclarer l’état du non chant est la meilleure solution. Plus de concert, donc moins de personnes à surveiller. Vous savez très bien que le dernier crime commis a été le plus horrible et elle a tué un enfant, ne l’oublions pas ! Croyez-vous réellement que cet état va provoquer des émeutes ? Cela reste à voir et quand bien même si cela se produisait, nous ferions face, Jarvis. Nous n’avons pas le choix à moins de déserter !

12 - Explosion
En sortant de la cabine multiface, Jeff et Kao eurent la surprise de constater que le hall était bondé, il en découlait un brouhaha confus au sein duquel revenait sans cesse les mots non-chant, Superviseur et folie meurtrière.

Jeff se tourna vers Kao et lui glissa à l’oreille :

— Par les Quatre Vents, Jarvis avait raison lorsqu’il parlait d’émeute.

— Hum, ce n’est pas bon tout cela. Mais que font ces gens ici ? La réunion était censée être secrète et il n’y avait aucun appareil de transmission ni d’Échotier dans la salle.

— N’oublie pas que tu as appuyé sur le bouton d’alarme pour prévenir les Herboristes et ils sont sortis avec Jarvis pour l’emmener à la Maison des Plantes. Il y a peut-être eu une fuite de la part de ces hommes et rappelle-toi que Jarvis balbutiait des mots sans suite. Il a suffi qu’il parle en traversant le hall et le peu de paroles prononcées ont fait leur chemin.

13 - Nephilis
Lorsqu’ils sortirent sur l’esplanade, quelques Troupiers étaient encore présents. Ils entouraient un Entreteneur, l’homme guidait une énorme machine qui glissait sans bruit sur les innombrables mares de sang. Elle aspirait, nettoyait et séchait le tout à grande vitesse.

Un transporteur les attendait au pied de la grande place. Les deux hommes grimpèrent à son bord et s’en allèrent rejoindre la frégate noire qui trônait fièrement sur son aire d’atterrissage dans l’attente d’un long voyage.

Jeff se remémora qu’il fallait effectuer trois sauts interdimensionnels et faire des passages en subluminique pour atteindre l’Astroport d’Ash car Nephilis tout comme la planète Mluïa est située dans le système de Kapesh. Au fond de lui, Jeff savait qu’il mettrait les pieds à Carcharoth malgré la distance de Nephilis à Mluïa. Il lui faudrait une centaine d’heures de vol et cinq sauts interdimensionnels. Jarvis avait tout manigancé pour qu’il ne se retrouve pas à une distance raisonnable. Foutu Jarvis !

14 – Les renforts
Il s’était écoulé une bonne demi-heure entre le moment où Jeff avait déclenché l’alarme de son bracelet ER et l’arrivée des renforts. Les Agents descendirent de deux hélis aux couleurs de la ville de Kats. Ils étaient une bonne trentaine, Kao alla à leur rencontre et une dizaine d’entre eux empruntèrent le chemin que les quatre Agents avaient pris pour suivre le Superviseur. Quant aux autres, ils pénétrèrent dans le grand hall où Jeff avec une vingtaine de convives maintenaient en respect le personnel de maison. Haziel avait repris sa place auprès d’Arnicar Versit et essayait de le réconforter du mieux possible.

Les convives se retirèrent dans l’un des salons pour se remettre doucement de leurs émotions, certains d’entre eux avaient perdus un de leurs proches qui siégeaient encore autour de la grande table. Il désigna deux Agents pour entamer les interrogatoires, quant à lui, il retourna vers la terrasse en attendant les Médics et se mit à faire le tour de la table.

15 – Le Superviseur de Kats
Les Agents qui étaient partis à la poursuite du Superviseur arrivèrent peu de temps après que Jeff et ses comparses eurent pris congé du Maître de maison. Jeff leur dit :

— Agents, vous pouvez tous rentrer au Bureau Central des Investigations sauf Mirail Toporis, Loupus Vias, Django Melicar et Jezz Kovitch. Nous allons repartir ensemble vers la demeure du Superviseur à Kats.

Les quatre hommes acquiescèrent et tous se dirigèrent vers le transporteur à portance aérostatique et à propulsion aérienne à bord duquel Haziel s’était plongé dans la lecture assidue d’un vieil ouvrage. L’Agent Jezz Kovitch pris le contrôle de l’engin, il planifia l’itinéraire et mis les commandes en automatique. Il annonça à l’attention de Jeff :

— Il y en a pour quatre heures !

Jeff acquiesça d’un mouvement de tête. Les sept hommes étaient silencieux et perdus dans leurs réflexions. Soudain, Haziel se leva d’un bond, le livre qu’il tenait entre les mains tomba à terre, ses yeux devinrent blanc laiteux puis prirent une teinte d’un bleu profond.

16 – Arrivée à Kats
Jezz poussa le grand portail en bois d’ébène finement sculpté, l’allée en pierre de granit noir menait à la porte de syntolia d’une modeste demeure. Les trois hommes sortirent leurs armes de service, Kao et Jezz prirent position de chaque côté de la porte tandis que Jeff appuyait sur une antique sonnette, celle-ci répandit un son strident à l’intérieur de l’habitation. Quelle abomination ! pensa Jeff. Il appuya à plusieurs reprises mais personne ne vint ouvrir. Ensemble, ils firent le tour de la bâtisse, tout était fermé. Ils s’aventurèrent dans le jardin botanique, la volière, firent le tour des dépendances et allèrent jeter un coup d’œil dans les différents bassins, ceux-ci contenaient une foultitude de poissons multicolores et diverses plantes aquatiques.

Ils revinrent vers la porte d’entrée, Kao sortit son attirail pour forcer la serrure magnétique. Au bout de quelques instants, le système finit par céder et la porte s’ouvrit sur un petit hall. Ils s’avancèrent prudemment en file indienne, Jeff ouvrait la marche suivit de Kao et Jezz. Ils fouillèrent toutes les pièces du regard en avançant dans chacune d’elles dans un silence sépulcral.

17 – Retour sur Damentib
Jeff avait cessé de compter les sauts interdimensionnels, les changements de cap dus aux champs d’astéroïdes et l’enclenchement des tuyères supraluminiques. Son esprit fonctionnait à un rythme effréné et il tentait de démêler cet immense sac de nœuds. Il en avait par-dessus la tête de cette foutue enquête. Celle-ci l’avait emmené jusqu’à Nephilis pour un résultat négatif. Tous ces morts sans raison apparente, ces disparitions en masse, cela ne pouvait pas être l’œuvre d’une seule personne. Il n’arrêtait pas de cogiter jusqu’à en avoir mal au crâne, les yeux rougis à force de consulter les rapports qui ne cessaient de défiler sur l’écran. Il mangeait à grand peine, tant son désarroi était immense.

Kao n’avait pas desserré les dents depuis le départ, ils allaient et venaient chacun de leurs côtés reprenant les dossiers, lisant et relisant à s’en user les yeux et se consumant les neurones dans un flot d’information.

18 – Le portail
Après avoir attendu ce qui lui semblait des cycles, Jeff reçu l’appel du Superviseur. Celui-ci l’informa que le Président Galactique Sorys Bomo venait de donner son accord et qu’il pouvait franchir le portail. Toutefois, le Président Galactique souhaitait que Jeff emmène avec lui quatre Agents et que l’Enquêteur Jaliel Del’Komel reste sur place avec sa troupe au cas où la mission tournerait mal.

Jeff lui répondit qu’il prenait bonne note des instructions et qu’il franchirait le portail au lever du jour.

Jeff en profita pour lui demander s’il avait des nouvelles au sujet du Clairvoyant Haziel Revlor. La réponse fut négative.

Kao appela le Mentor Elentir Cano. L’homme était heureux car Haziel Revlor était de nouveau libre et il avait rejoint son domaine. Kao avait à peine coupé la communication qu’il l’annonça de suite à Jeff. Les deux hommes étaient soulagés, leur ami avait échappé aux terribles geôles de Dracos et surtout au rituel d’Ephraïse qui consistait à supprimer purement et simplement la Clairvoyance !

19 – Mise au point
Au petit matin dès l’apparition de l’hélios, le campement retentit des clameurs des hommes faisant leurs ablutions, ils s’amusaient comme des cabsis ! La tension qui avait régnée en maitresse ces derniers jours s’était évaporée au cours de la nuitée redonnant aux hommes un soupçon de joie et d’espoir.

Seul Jeff ne participait pas à cette euphorie matinale, il était beaucoup trop tôt pour se réjouir. Il se dirigea vers l’Enquêteur Jaliel Del’Komel et prenant l’homme à part, il l’informa rapidement de la découverte de l’Agent Mael Loris et qu’il courait après une morte depuis le début. Jaliel n’en revenait pas, il ne comprenait vraiment pas comment la Caste des Clairvoyants avait pu être abusée de la sorte. Jeff ne répondit pas car lui-même n’en savait rien, il se contenta d’hausser les épaules en signe d’incompréhension. Puis, il se mit en relation avec le Superviseur Omael Jabami auprès duquel il relata brièvement les faits de la veille.

20 - Carcharoth
Jeff et Kao étaient en train de terminer une partie d’échec lorsque le signal d’approche se déclencha. Jeff abandonna la partie et s’éloigna d’un pas rapide vers le poste de pilotage. Il passa les commandes en manuel. Le Contrôleur lui donna les indications nécessaires à l’atterrissage et Jeff alla poser son vaisseau sur l’aire n° 134 de l’Astroport de Carcharoth.

En sortant du vaisseau, les hommes regardèrent autour d’eux. A l’instar de Nephilis, la planète Mluïa baignait dans une pénombre perpétuelle. L’Astroport situé sur une haute colline dominait la ville dont l’architecture monumentale n’était pas des plus artistiques. Il en émanait un profond malaise et un sentiment d’insécurité.

Les hommes pénétrèrent dans le bâtiment administratif pour les formalités d’atterrissage, le Prévôt accompagné d’une dizaine de Troupiers vint à leur rencontre et les informa que tout était en ordre et leur demanda de bien vouloir le suivre jusqu’à sa demeure.

Où se procurer Les Chants d’Anoro ?

Plateforme de lecture numérique

Les Jardins de Nephilis

Les Jardins de Nephilis - Recto

En avant-première, voici la maquette de la couverture du tome 2. Sous réserve de changement.

Un grand merci aux photographes Lydia Harper et Samuel Zeller de chez Unsplash pour les photos des jardins botaniques que j’ai retravaillé en fonction de l’atmosphère du récit.

La parution des Jardins de Nephilis est prévue fin 2018. Le roman est en cours d’écriture ainsi que les recherches afférentes à cette nouvelle enquête qui démarre dans la mégapole d’Oddy sur la planète Nephilis.

Les Jardins de Nephilis - Verso

Extrait du prologue

Cela faisait plusieurs lunes que Jeff tournait en rond. L’inactivité commençait à lui peser. Sa dernière enquête[1] lui avait laissé un gout amer dans la bouche et par-dessus tout, son Premier Agent Kao Lovesta avait été promu Enquêteur du troisième Cercle et envoyé à Albs sur la planète Urya. Au fil des lunes et des enquêtes, ils étaient devenus comme des frères et son ami lui manquait terriblement.

Depuis sa promotion, Kao ne lui avait pas donné signe de vie. Il avait appris par l’Échotier Apser Luops que celui-ci était sur une affaire concernant une Arachnéenne de Fusius nommée Pulsi Argh. Ladite Pulsi, dans un accès de démence, avait tranché la tête d’un honorable citoyen au prétexte que celui-ci l’avait regardé droit dans les yeux au lieu de baisser le regard. Il s’ensuivait un imbroglio majestueux car l’Arachnéenne n’avait rien à faire dans le système d’Anoro. Elle avait enfreint les règles en quittant Carcharoth en catimini.

[1] Voir Tome 1 – Les Chants d’Anoro